Couchant à la pointe de Trévignon

Superbe après-midi ensoleillé en ce mois de novembre… Le couchant promet donc de l’être tout autant. Mais où aller voir le soleil se coucher sur l’Océan? Pas aisé lorsque l’on se trouve en Bretagne Sud! Sauf à aller sur une pointe, un « beg », pour parler correctement.

En route donc vers l’une des pointes les plus proches, à savoir celle de Trévignon. Vous allez me faire remarquer que ce nom n’évoque pas la Bretagne, non? Eh bien, détrompez-vous. Sa première partie désigne un village, « treb ». On la retrouve d’ailleurs dans bon nombre de lieux, comme Trégunc, Trévarez, etc. Quant à la seconde, elle correspond à des « marais », « vignen ». C’est donc « le village des marais ». Et effectivement, il est une zone marécageuse très riche en espèces animales et végétales, que j’ai visité naguère avec un « guide nature »… mais c’est une autre histoire! Aujourd’hui, c’est Phoebus qui m’intéresse, et je veux voir son char s’enfoncer dans les ondes.

J’aime la profonde minéralité des côtes bretonnes, dont les enrochements créent des oeuvres surprenantes, quand ils ne jouent pas à se déguiser, comme celui-ci, en rampe de lancement.

Sauter de roche en roche, enjamber les crevasses, « escalader » les rochers en surplomb, voilà qui fait revivre l’enfant en moi. Et le soleil joue aussi…

Il est encore relativement haut, à en juger par le magnifique contrejour que j’ai tenté de saisir avec mon objectif (pardonnez la mauvaise qualité de cette image!)

Le centre de sauvetage en mer est toujours là, bien campé sur ses multiples piliers…

Et le muret qui conduit au phare peut, en ce calme jour automnal, être emprunté sans risques, ce qui est loin d’être le cas lorsque les vagues se déchaînent.

Non, les rochers ne se sont pas déguisés cette fois… c’est bien la main de l’Homme qui les a modifiés, en taillant l’escalier final.

Oh qu’il est mignon

Le phare

de Trévignon…

Certain-e-s puristes me reprendront : « Ce n’est pas un phare, mais la balise d’entrée au port ». Et j’ajouterai même « de tribord »… rires…

Le char de l’Astre du Jour descend vers l’onde, et joue à cache-cache avec les roches…

Sur la jetée, les pêcheurs, plus ou moins professionnels (plutôt moins que plus, à en juger par leur comportement), se font concurrence. J’apprends ainsi que certains cherchent à saisir des maquereaux, et que les hameçons placés à différentes hauteurs sur le fil ont pour objectif de pouvoir prendre à diverses profondeurs… Eh oui, on peut se cultiver en se promenant sur un môle!

D’autres préfèrent jeter leur dévolu (oui, je sais, vous attendiez un autre complément d’objet…) sur les rochers environnants.

Les bateaux, eux, sont sagement rangés dans le petit port qui abritent autant les chalutiers que les petits canots bretons des plaisanciers.

La lumière change, il est temps de rebrousser chemin… Un « au revoir » au pseudo-phare…

Un au-revoir au « porz » qui est si « bihan »…

La nuit monte doucement… Ne bondissez pas ainsi, je préfère l’image de la montée de la nuit à celle de sa chute… La sérénité des crépuscules me sied…