L’Amour à l’Abbaye

Peu d’expositions tentantes, en ce moment, en Pen-Ar-Bed. Néanmoins l’Abbaye de Daoulas propose, jusqu’en décembre, une exposition sur l’Amour. Voilà qui est doublement alléchant, car j’aime ce site et son environnement proche, le fond de la rade de Brest…

En route donc vers Daoulas, par cet après-midi de grisaille – le soleil des jours précédents s’est enfui sous les nuages… Aucune idée de ce qui m’attend, car le site officiel est peu explicite, et je n’ai pas recherché, comme je le fais parfois, les articles sur cet événement. Je découvre l’affiche en arrivant. Surprenante. Peu esthétique, à mon goût. Ce rouge et ce jaune, pourquoi? Par contre, le sous-titre fait énigme « Récits d’Orient, récits d’Occident »… Et le « sur-titre » (si j’ose ce néologisme) aussi : que signifie le terme écrit en langue arabe? Il ne reste qu’à entrer pour en savoir davantage. A l’accueil, une charmante jeune fille offre un plan de l’abbaye (ignorant que j’y suis déjà venue maintes fois) et n’en dit pas davantage sur l’exposition.

Un projet d’une ambition délirante

Des affiches dès l’entrée apportent quelques explications, en une introduction didactique de la visite.

Le projet semble bien ambitieux : couvrir tous les siècles depuis l’Ancien testament, et ce, pour deux contrées aussi différentes… Le tout dans un espace relativement restreint. Une sacrée gageure!

Et c’est tout le problème de cette exposition, il faut bien l’avouer.

Un atout : l’optimisation des espaces

Malgré une belle muséographie, dont voici quelques illustrations.

A droite, des affiches du XIXème… Au fond, des gravures et tableaux… et, au milieu, des »biscuits » ou autres statuettes…
Tableau, statuette en bois et marionnettes
Pour regarder non par la serrure, mais par le trou… des gravures, films ou photos allant de l’érotisme au porno, en passant par l’humour…

Dans chaque salle, à l’exception de celle où figure ce « mur à trous », Orient et Occident sont rapprochés, pour mieux montrer les différences et invariants. Mais les supports sont extrêmement variés, ainsi que les objets exposés. Trop, peut-être?

Des Testaments à aujourd’hui, que d’époques « survolées »…

La première salle, bien sûr, est consacrée au couple infernal… Adam et Eve, tels que vus dans la Bible et interprétés en Islam. On y apprend notamment que, comme la notion de « péché » est absente de cette religion, la pomme « Malus » n’apporte pas le mal « Malum »…

Adam et Eve, version orientale

On parcourt ensuite les débuts de l’Islam et le soufisme, puis le Moyen Age et l’Amour courtois, avant d’en arriver aux époques plus récentes…

Un hymne à l’Islam éclairé, et une réflexion sur la « tentation »

L’Islam éclairé est mis en valeur, sous forme de textes qui montrent combien il était ouvert, et d’enluminures et dessins divers.

Non seulement l’Islam apparaît, au fil de l’exposition, comme beaucoup plus ouvert qu’on ne le pense généralement, mais en outre les moeurs des époques concernées sont représentées comme libres, toute source de plaisir étant acceptée, qu’il s’agisse de couples hétéro- ou homosexuels.

L’exposition tend à démontrer que chacune des civilisations a eu des périodes d’ouverture et des périodes de rejet des plaisirs et des amours.
Ainsi en fut-il, par exemple, pour l’homosexualité, considérée dans la Grèce Antique comme une des voies de l’Education, avec des Maîtres comme Socrate et leurs disciples, jeunes gens qu’ils éveillaient aussi physiquement. En Orient aussi, l’homosexualité a été à certaines époques vécue comme ordinaire. Peut-être davantage pour les jeunes femmes que pour les jeunes hommes? Ou a-t-on fait davantage silence pour ces derniers?

A ces périodes admissives s’opposent les restrictions diverses. Celles qui notamment sont liées à l’idée du « péché de chair », de la « luxure », contrôlées par l’Eglise à partir du Moyen Age, et par la bourgeoisie après la Révolution.

Ainsi est né le concept de « Tentation ». Je n’ai pas photographié celle de Saint Antoine, et ai été plutôt séduite par l’image qui suit…

Cette réflexion s’achève sur des notes plutôt tristes, avec notamment les morts d’amant-e-s célèbres (j’y reviendrai), mais aussi positives, avec des oeuvres presque iconoclastes de jeunes femmes artistes dans des pays bridant les libertés, comme celle-ci…

Une extrême diversité d’objets, de sons et d’images

Vous l’avez compris, malgré un aspect très pédagogique/andragogique et une volonté de narration muséographique, on ressent quelque peu une impression d’assemblage hétéroclites d’objets, de sons et d’images.

Mais je ne nierai pas que certains des objets exposés sont très intéressants, et souvent très esthétiques. Cela va des poteries aux tableaux, en passant par les statuettes et une collection de récipients contenant toutes les « potions » pour l’amour…

Coupe aux amoureux, Chypre, 14ème siècle

Omniprésence de la littérature, de la musique, des beaux-arts et du 7ème art

Disséminés à divers endroits, de confortables espaces pour regarder, voir, entendre… des oeuvres d’art, des poèmes, de la musique, et beaucoup de films.

La mort d’Atala
Une des nombreuses illustrations des
Mille et Une Nuits

Vous ne verrez ici aucun extrait des films projetés, mais sachez qu’ils ont fait revivre Fernandel admirant une danseuse orientale, Jean Marais en séducteur de dame, et des acteurs/actrices du cinéma muet dont je ne me rappelle plus le nom, sans oublier les couples célèbres comme ceux de West Side Story et, bien évidemment, Roméo et Juliette dans des versions très différentes, mais toujours aussi émouvantes.

Un autre écran, interactif, pour choisir parmi les plus célèbres chansons d’amour… Dont celle-ci, qui vous rappellera peut-être quelque chose?

Dans ce foisonnement, le visiteur/la visiteuse peut choisir, jouer, élire, se prendre en photo, et même raconter une histoire d’amour, parler de ses amours, de ses expériences sentimentales ou érotiques… pour ensuite être entendu par les autres…

Et la Bretagne, dans tout ça?

Bien sûr, elle était déjà présente dans la partie « Amour courtois » et dans la légende de Tristan et Yseult… Mais elle a droit à une vitrine entière, avec à nouveau statuettes et images..

J’ai beaucoup aimé la série de cartes postales anciennes, mais aussi une série de bijoux dont j’ignorais l’existence : les épingles de pardon, Ar spilhenn Pardon. Je précise que nous « sortons » de l’exposition, car j’ai raté la photographie, et vous en propose donc d’autres, pour mieux comprendre de quoi il s’agit, concernant ce bijou qui préludait à l’amour, pardon, à « karantez« …

… Je lui faisais signe,
Elle ne venait pas.
Je lui offrais des noix,
Elle ne venait pas.
Je lui achetais une belle épingle,
Elle vint alors.
Ai-je bien fait ma mère?
– Oui, mon garçon,
Ton père faisait ainsi avec moi.
(Entendu à Scaër) (source)

« 

L’usage des épingles de pardon était fort local, puisqu’il est attesté dans les limites de la Cornouaille et du pays pagan ; un petit débordement par le sud sur le pays vannetais est envisageable, si l’on en croit notre malicieuse paludière. Malgré tout, ces jolies fantaisies étaient un produit d’importation, fabriquées jusqu’en Bohême et peut-être même en Afrique du Nord, comme semblent en témoigner certains ornement très arabisants.

Elles mesurent de 8 à 12 centimètres et sont constituées d’une tige surmontée d’une perle de tête assez volumineuse, autour de laquelle sont attachées des chaînettes elles-mêmes agrémentées de perles de taille plus réduites et de breloques. Ces pendeloques étaient en nombre variable, de une pour les acheteurs les plus modestes et jusqu’à trois pour ceux qui avaient les moyens. » (source)

Pour finir, il faut… une chanson d’amour, non? En voici une très belle… et une autre, qui nécessite que vous sachiez dire « je t’aime » en langue bretonne : « da garan ».