En différé d’Avignon (1)

Le correspondant de mon blog en Avignon est reparti travailler, mais continue à m’envoyer ses articles sur les spectacles vus. Au total, il a assisté à 21 d’entre eux… je n’en suis qu’au cinquième! Il va donc falloir que, de mon côté, j’accélère la cadence de publication et, du sien, qu’il finisse la rédaction des derniers d’entre eux !

Aujourd’hui nous allons vous parler encore d’une pièce.

Acid Cyprine

Résumé du spectacle sur le site du Off

« Acid Cyprine, c’est : un cri de contestation, une rébellion ludique et tragique contre et avec nos limitations pour réinterroger les espaces possibles de libertés dans nos corps, nos vies sociales et intimes de femmes. D’hommes. D’humains. La démesure du clown comme l’engagement physique sont les principaux outils pour flirter avec le quotidien, créer un décalage percutant sur ces sujets brûlants. Quatre femmes sur scène en rapport direct avec le public, s’interrogeant sur la/les libertés des femmes d’aujourd’hui, les tabous, les clichés, les responsabilités des hommes et des femmes dans la perpétuation d’un système machiste. »

Encore une critique en demi-teinte, de la part de Philoskéné…

L’avis du spectateur

« Beaucoup d’énergie de la part des 4 actrices et des bonnes trouvailles tout au long du spectacle. On ne s’ennuie pas du tout et l’on rit de bon cœur.
Mais le propos un peu « déjà vu » sur les heurs et malheurs des femmes victimes des hommes ( et d’elles-mêmes) mais surtout une mise en scène décousue n’en font pas un spectacle totalement accrocheur pour qui n’est pas trop amateur de pièces à sketches
. »

Une question naïve alors : si l’on n’est pas amateur de pièces à sketches (ce qui est mon cas, soit dit en passant), pourquoi choisir ce type de pièce dans une ville qui en propose une multitude d’autres?

Et une seconde : si l’on n’est pas spécialement féministe, pourquoi choisir cette thématique dans le choix parmi une multitude d’autres aussi?

Il faut avouer que les images diffusées dans la presse locale (qui a par ailleurs encensé la pièce) confortent les stéréotypes concernant les femmes qui luttent pour l’égalité!

Festival d'Avignon | Acid Cyprine : un gros coup de cœur | La Provence
Source : La Provence

En direct d’Avignon (4)

La Maison du Loup

Résumé du spectacle

Voici le résumé tel que présenté sur le site du Off…

« Été 1913. Depuis sa libération, Ed Morrell se bat pour que son ami, Jacob Heimer, échappe à la peine de mort. Frappée par ce combat, Charmian, épouse du célèbre écrivain Jack London, invite Ed dans leur vaste propriété « La Maison du Loup ».
Son objectif est de provoquer chez Jack, en perte d’inspiration, une sorte d’étincelle. Ed parviendra- t-il à sauver Jacob… ? Jack London écrira-t-il un nouveau roman… ?

Puis la mise en appétit de L’info Tout Court :

« parce qu’on adore Benoît Soles et que l’on se réjouit de découvrir sa nouvelle collaboration avec Tristan Petitgirard après La machine de Turing. Et c’est sur les pas de Jack London, en 1913, qu’ils nous emmènent cette fois. On retrouvera également Anne Plantey (Adieu Monsieur Haffmann) et Amaury De Crayencour (La machine de Turing) dans la distribution. Du talent en perspective.« 

Et le commentaire mi-figue mi-raisin (nous sommes dans le Sud!) de Philoskéné :

« Un décor soigné, une mise en scène rigoureuse, de très bons acteurs … pourquoi reste-t-on un peu en deçà de ce spectacle? Peut-être l’impression de déjà vu pour ceux qui ont applaudi (ou pas) à la précédente pièce « la machine de Turing » de Benoit Soles, ou peut-être le propos quelque peu convenu ou attendu du récit ?

Pourtant l’évocation de La rencontre de Jack London et de sa partenaire avec Ed Morell – ancien forçat – ne manque pas d’intérêt .
Le festivalier du Off est-il désormais blasé ou trop exigeant ?
« 

Voilà qui ressemble fort à une mise en cause de soi-même, en tant que « festivalier »!!!

En direct d’Avignon (3)

La troisième pièce commentée par mon correspondant est connue, sans doute, de vous…

« Frédérique Lazarini a adapté (assistée de Lydia Nicaud ) et mis en scène La Mégère apprivoisée de William Shakespeare, pièce elle-même adaptée d’un conte populaire. Le résultat, à ne pas rater au Théâtre du Chêne noir, se synthétise en une joyeuse farce à l’italienne délicieusement et caustiquement misogyne. 

Elle a retiré la sous-intrigue façon jeu de l’amour et du hasard qui vient s’entuiler à l’intrigue principale dans le texte original. Elle a permuté l’épilogue en le remplaçant par un manifeste féministe extrait d’une chambre à soi de Virginia Woolf. Elle a ajouté des chansons en italien, des chorégraphies clownesques et quelques accessoires délicieusement anachroniques. » (Toute la Culture)

Bref, pour tout dire, en lisant ce commentaire (ou d’autres), je me suis demandé ce qu’il restait de la pièce initiale!

Eh bien, Philoskena a aimé, en grande partie, jusqu’à lui décerner une palme…

« Trop attaché au style classique le mélange théâtre – cinéma sur une scène peut laisser circonspect sinon hostile. Mais pour cette mégère bien apprivoisée et intelligemment raccourcie, la symbiose est parfaite – même et surtout lors de la coupure publicitaire – pardon ! la « séquence de réclame » – puisque l’on se trouve dans l’Italie des années 50 dans l’ambiance « Cinéma Paradisio »
Les acteurs sont au top (avec un accessit pour le père … et le curé !) et l’ensemble très bien enlevé.
Faut-il vraiment insérer le texte de Virginia Wolf en épilogue pour contrevenir à la conclusion quelque peu misogyne voire archaïque de Shakespeare ? L’époque semble l’exiger apparemment.

Un des meilleurs spectacles du Off assurément.« 

En direct d’Avignon (2)

Mon correspondant en Avignon continue à envoyer des commentaires sur les spectacles auxquels il assiste. Je suis bien en retard dans leur publication… Voici donc la suite, pour celles et ceux qui aiment le théâtre et veulent connaître un avis de « semi-profane » (ou « semi-expert », selon la théorie du verre mi-vide mi-plein)…

A ces idiots qui osent rêver

Théâtre la Luna

Voici le texte de présentation sur le site du théâtre.

« L’histoire de ELLE et LUI, qui se déroule au fil des quatre saisons, est une savoureuse comédie romantique à l’américaine, inspirée des films cultes « La La Land » et « Quand Harry rencontre Sally ». Un homme, une femme, deux visions de l’amour… Qui des deux convertira l’autre ?! C’est aussi un hommage aux maîtres anglo-saxons du genre avec, en prime, une exquise séquence de claquettes ! Drôle, rythmé, ce spectacle séduit par son propos intelligent sur l’amour et ses judicieux procédés empruntés au cinéma. Un bonheur théâtral jubilatoire dont on ressortira assurément amoureux… »

Et maintenant, le commentaire posté :

Un peu dans le « déjà vu » mais bien enlevé par une mise en scène astucieuse et surtout par l’interprétation des comédiens, et plus particulièrement le rôle masculin (René Remblier)
A recommander aux amateurs de comédie romantique qui retrouveront quelques clins d’œil vers des œuvres de « référence » comme « La la land » avec un bon numéro de claquettes.

Une question que je n’ai pas résolue…. Y a-t-il un lien avec l’histoire d’Aragon et d’Elsa Triolet? Moi qui adore voir et revoir leur Moulin, j’aimerais le savoir… Qui a la réponse?

En direct d’Avignon (1)

Non, je ne suis pas en Avignon. Mais certain-e-s de mes ami-e-s s’y trouvent en ce moment. Et l’un d’entre eux nous fait le plaisir de partager avec nous ses impressions et opinions relatives aux spectacles auxquels il assiste. Je vous livre donc ses commentaires, tels qu’ils me sont parvenus, avec une brève introduction de mon crû.

Camus-Casares. Une géographie amoureuse

Voici ce qu’en disent Jean-Marie Galey et Teresa Ovidio:

 » Nous avons donné au montage minutieux de cette relation hors norme le titre « Camus-Casarès, une géographie amoureuse » qui nous paraît refléter la carte du Tendre chère aux amants du XVIIème siècle… géographie amoureuse, avec ses sentiers sinueux, ses vallons paisibles, ses montagnes infranchissables, ses clairières enchantées, ses impasses…
D’une très grande richesse lyrique et émotionnelle ces échanges amoureux magnifiques ont aussi la particularité de révéler un Camus surprenant : tourmenté, instable, fragile, capricieux, au comportement parfois machiste, éloigné de l’écrivain profond et grave que nous connaissons.
Les lettres de Casarès sont une révélation. Elles témoignent d’un humour ravageur qui brocarde ses contemporains, auteurs, metteurs en scènes, comédiens, politiques, avec allégresse et sans retenue aucune ! Fille sauvage de la Galice, elle témoigne d’une vitalité ahurissante, vivant le bonheur et le malheur avec la même intensité.
Jean-Marie Galey et Teresa Ovidio
« 

Et maintenant, le commentaire du spectateur averti.

« Le concepteur ou l’aménageur de cette salle a juste oublié qu’un spectateur pouvait avoir des jambes articulés sur des genoux et sauf exception, il restait difficile de les laisser au vestiaire – inexistant d’ailleurs.

L’inconfort des sièges n’explique pas que l’on soit resté un peu en retrait de cet échange épistolaire. Certes les textes des lettres que Camus a échangé avec son égérie ne manquent ni de style, ni de profondeur souvent introspective, mais la froideur voulue (?) de l’interprétation dessert le propos. La prose de Casares est plus banale, mais l’actrice qui l’endosse. incarne mieux la relation passionnelle des deux icônes.
Mais c’est surtout la mise en scène qui ne s’accorde pas bien au propos voulu. Déplacements et accessoires – comme cette valise – veulent représenter le chassé-croisé de ces deux êtres perpétuellement séparés par leurs obligations journalistiques ou artistiques; mais l’ensemble ne donne plus un impression de confusion que de distance.

Le spectacle scandé par des enregistrements d’époque sortis de postes TSF d’époque disséminés sur le plateau reste cependant intéressant : dommage ! Il aurait pu être captivant. »

https://media.eterritoire.fr/?u=aHR0cDovL3BpY2FyZGllLm1lZGlhLnRvdXJpbnNvZnQuZXUvVXBsb2FkL2NhY2hlLTczNzYzNTA2LmpwZw~~
Des radios et une valise…
(Photographie prise lors d’une autre représentation, à Issoire. Source)