Mégalithes ou faux ?

Je vous ai laissé-e-s, dernièrement, auprès d’un dolmen dont je me demandais s’il était réel ou non. Vous souvenez? C’était sur la terrasse de l’Observatoire de Meudon.

Carte postale ancienne (source)

Je m’étais promis aussi d’aller voir de près la bâtisse exceptionnelle que je voyais en face, dans la Forêt…

Me voici donc en train d’explorer le Bois de Clamart. Rien. Je ne trouve rien. Des allées, des avenues, pas de problème. Mais rien d’autre, à part des arbres, des arbres, des arbres. Normal, me direz-vous, en bois ou en forêt.
Je m’arrête donc sur un parking, en plein espace sylvestre. Et appelle l’Office de Tourisme de Clamart. Une dame très aimable me répond. Je résume ses dires. « Ah non, je ne sais pas. » « Vous savez, je viens d’arriver, je ne connais pas bien ». « Le bois? Non, je n’en sais rien ». Lorsque, perdant quand même un peu patience, je lui demande de me passer un-e collègue plus informé-e, elle déclare avec amabilité : « Ma collègue connaissait mieux que moi. Mais elle a pris sa retraite ». Chou blanc, donc, comme on dit…

Une dame arrive avec ses enfants. Je lui parle d’un éventuel menhir. La réponse vient de sa fille « Venez avec nous. On va nourrir les canards. Le menhir est juste à côté ». Je les suis donc… Et arrive à la Pierre aux Moines. Qui serait, en réalité, la Pierre de Chalais.


Il faut dire qu’il est bien difficile, dans le coin, de démêler le vrai du faux… Pour ce qui est de la « Pierre aux Moines », ou censée l’être, ce serait bien un « vrai », déjà attesté en 1904. Un historien considère qu’il s’agirait en réalité d’un reste d’un dolmen, ce qui expliquerait sa petite taille.

Quoi qu’il en soit, la ville actuelle s’enorgueillit de cette histoire, comme vous pouvez le voir sur ce texte extrait du site officiel.

« une campagne de fouilles menées entre 1915 et 1919 sur le secteur de Trivaux a permis de découvrir des milliers d’objets néolithiques : des pierres taillées, des tessons de poteries, des grattoirs, des couteaux en silex, des tranchets et même des débris d’une urne. La preuve était donc faite que le site fut occupé par l’homme entre -5 000 et 2 000 ans. Des mégalithes et dolmens non datés sont visibles sur la terrasse de l’Observatoire (mégalithe trouvé en 1845 sur l’actuelle avenue du Château et installé sur la terrasse en 1861) et dans les bois (la Pierre aux Moines est un menhir a été redécouvert en 1893 par Marcellin Berthelot et classé monument historique en 1895). Depuis 1896, le cimetière des Longs Réages compte parmi les tombeaux une originalité venue des landes bretonnes, le dolmen de Ker-Han. Les douze blocs ont été acheminés depuis le Morbihan pour y retrouver leur usage ancestral, celui d’une sépulture pour la famille Piketti.

Pourquoi Meudon ? Les Gaulois appelaient ce lieu Mole-Dum et les Romains Moldunum, ce qui a donné Meudon. Ce toponyme existe aussi en Bretagne, au Brésil, aux États-Unis, en Suisse…« 

Il existe ainsi des pierres « vraies », « fausses », déplacées… Peu importe, l’environnement est si agréable… Comme je vous le montrerai dans un prochain article, dédié aux étangs…