Elucubration(s)

Il est d’étranges coïncidences… Mais sont-elles réellement des « incidences »? Un lecteur de mon blog m’a fait observer qu’à propos d’ « élucubrations » j’aurais pu penser à Antoine. Antoine, vous connaissez? Pas les jeunes, sans doute… Mais celles et ceux de mon âge s’en souviennent peut-être. Un petit rappel en musique? Mieux, le voici sur scène, avec ses musiciens.. Les reconnaissez-vous? Indice : ils ont fait ensuite une carrière seuls – enfin, ensemble…

J’appréciais particulièrement les deux dernières strophes.

L’une, comme emblème de la « transgression vestimentaire », mais aussi pour le jeu de mots…

 » Si je porte des chemises à fleurs
C’est que je suis en avance de deux ou trois longueurs
Ce n’est qu’une question de saison
Les vôtres n’ont encore que des boutons »

La seconde, pour l’évocation de la bataille que menaient à l’époque les femmes, politiques ou non (Merci, Simone!), mais aussi les jeunes filles, voire les adolescentes (on ne parlait pas encore de pré-ados) dont j’étais…

« J’ai reçu une lettre de la Présidence
Me demandant: « Antoine, vous avez du bon sens
Comment faire pour enrichir le pays ? »
« Mettez la pilule en vente dans les Monoprix »

Sont-ce réellement des « élucubrations »? Moi qui utilise souvent ce terme pour désigner la traduction orale ou écrite de l’écheveau de mes pensées, je le mets en question(s)… Cette chanson, si « légère » paraît-elle, transmets les traces de l’histoire. Certes, pas dans le même esprit que celui des griots, mais quand même… Et je me souviens de la tête de mes parents quand Antoine est passé au milieu d’une émission consacrée aux élections présidentielles… Quand à « fais-toi couper les cheveux », elle fait revivre mon grand-père qui était outré de voir les Beatles avec « leurs cheveux longs »… Si on regarde les photos de l’époque, on les trouve plutôt BCBG…

Mais revenons aux coïncidences… Antoine… ça ne vous dit rien, vous qui avez, bien sûr, lu mon billet sur le spectacle d’Edouard Baer?

Mais oui, Antoine… le nom du théâtre… Au fait, me suis-je dit aussitôt, pourquoi ce nom? Alors je suis allée chercher… Voici ce que dit le site officiel :

 » Le personnage le plus mémorable demeure celui qui donna en finalité son nom au théâtre à savoir André Antoine ; il profita de ce lieu pour instaurer une véritable insurrection artistique : le Théâtre Libre. La vocation de ce mouvement proche des naturalistes demeure la liberté ; le théâtre est conçu comme un fantastique laboratoire où des auteurs délaissés trouvent désormais leur place. De plus, le jeu de l’acteur s’affranchit dorénavant de toute contrainte conventionnelle afin que la mise en scène puisse enfin atteindre son apogée. »

On en revient aux coïncidences et à ce que j’aime à nommer des « échos »… Autrefois à son emplacement se dressait… Le Théâtre des Menus Plaisirs… Voici la chronologie présentée sur le site Les Archives du Spectacle.net

Théâtre des Menus-Plaisirs (Paris) TP [1866-1881]
Comédie Parisienne (Paris) TP [1881-1882]
Théâtre des Menus-Plaisirs (Paris) TP [1882-1888]
Théâtre Libre (Paris) TP [1888-1896]
Théâtre Antoine (Paris) TP [1897…]
Résultat de recherche d'images pour "theatre des menus plaisirs"
Source : Gallica

Quant au « théâtre libre », le nom est repris maintenant par Jean-Marc Dumontet (lié au théâtre Antoine…) pour le Grand Comedia, à quelques numéros de là…

Mais revenons à nos « élucubrations »… Et bien sûr, un détour par l’étymologie… Fiat lux… Eh oui! On ne peut normalement élucubrer que la nuit. Voilà qui me va, puisque ce blog est sorti de l’écran noir de mes nuits blanches, de la page blanche de mes nuits noires… Par contre, si l’on en croit les dictionnaires, c’est un travail de qualité qui aurait dû naître, un écrit ciselé selon les idées du vieux Boileau « cent fois sur le métier… » Et là, ça coince… je n’élucubre pas. Déception. Quoique… Un autre sens du mot a progressivement vu le jour (oui, je sais, c’est mauvais!). » Production déraisonnable, extravagante. Il y avait dans sa bibliothèque un rayon réservé à la cabale, à la magie noire, aux plus bizarres élucubrations (A. Daudet, Trente ans Paris,1888, p. 71).« 

 » Production déraisonnable, extravagante. Il y avait dans sa bibliothèque un rayon réservé à la cabale, à la magie noire, aux plus bizarres élucubrations (A. Daudet, Trente ans Paris,1888, p. 71).« 

On y est ! Déraisonnable… Evidemment ! Extravagante… Plutôt divagante…

Je me suis demandé s’il existait des ouvrages comportant « élucubrations » dans leur titre… Et oui, il en est. En voici quelques exemples, trouvés sur le net.

« 

ELUCUBRATIONS - GHISLAINE CASSIAT

Observez les couvertures… Qui élucubre? Eh oui… uniquement des femmes…

Même sur le net, ce sont des femmes que je rencontre avec plaisir, sur des blogs dénommés Les élucubrations de Fleur, Du bazar sur mes rayons – Les élucubrations d’une amatrice de lettres éclectique, Lectures et élucubrations de Liliba

J’ai cherché désespérément, aucun auteur – sans e – ne semble se livrer à des élucubrations. Sauf ceci, qui semble valider l’hypothèse du manque de self efficacy (auto-efficacité), n’est-ce pas Monsieur Bandura?

Et puis, il y des auteurs (toujours sans e) de théâtre… On y revient…

Et il faut relier texte et musique pour trouver davantage d’ « élucubreurs« …

Source : HAL Archives ouvertes

Vous ne voyez pas le mot? En haut, à gauche, sous « Souvenirs de Pieu »… Observez bien… Il est… au singulier! Car oui, on peut se contenter d’une élucubration, c’est validé par le CNRTL, qui réfère à l’une des auteures qui ont enchanté mon jeune temps.

 » Je prépare une petite élucubration pas trop sotte, émaillée de citations variées, pour montrer qu’on connaît un peu son Molière; … Colette, Claudine à l’école,1900, p. 201. « 

Plaisirs des mots… « Tintinnabuler »

Je ne sais pas si cela vous intéressera, lecteur, lectrice qui gaspillez votre temps à me lire, mais j’ai envie de vous faire partager aussi le bonheur que, depuis ma plus tendre enfance, me procurent les mots.

Alors je commence par celui dont j’ai fait un jeu : essayer de l’employer au maximum, pour le faire revivre. Car ce mot est quelque peu tombé en désuétude, et rares sont les fois où il est prononcé dans la vie courante. Il sonne pourtant si joliment !

« Tintinnabuler »…

Prononcez-le, et vous verrez s’embellir le moment…

« Tintinnabuler »…
Comme les glaçons dans un verre, comme les bouteilles dans un panier, comme les clochettes des animaux dans les alpages…
Evocation d’univers cristallin. De bulles légères. D’air pur et frais.

Où l’ai-je appris? entendu ou vu pour la première fois? Je l’ignore…
Il est présent en littérature, certes…

Le CNRTL cite par exemple Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier :

« Deux robustes chevaux de labour harnachés fort proprement, avec colliers peinturlurés et clarinés de grelots qui tintinnabulaient le plus agréablement du monde au pas ferme et régulier de ces braves bêtes (Gautier, Fracasse, 1863, p. 182). « 

Tiens, « clarinés », c’est un joli mot aussi. Et totalement oublié, celui-là, non?

Il cite également une des mes auteures fétiches, Colette :

 » L’esprit d’un jeune matelot, habitué invisible et espiègle, qui, revenant à jours fixes, s’enfermait dans l’armoire à vaisselle pour y faire tintinnabuler tasses et soucoupes (Colette, Chambre d’hôtel, 1940, p. 196) « 

On apprend qu’il existe un autre verbe, « tintinnuler », de sens voisin. Mais j’aime moins, car l’évocation de « bulle » et « buller » disparaît.

Bien sûr, Sherlock Holmette est allée en rechercher aussitôt l’étymologie… « Tintinnabulum », en latin, désignait un ensemble de clochettes, qui donc produisait ce type de sonorités. En cherchant une image libre de droit d’un tel objet (je n’en ai pas en réserve!), je suis tombée sur celle-ci… Que le lecteur/la lectrice prude me pardonne…

Tintinnabulum ithyphallique
British Museum

Faites vous-même une recherche sur des images à partir du mot, et vous verrez que ce n’est pas le seul cas où l’objet évoque autre chose que ce que j’en disais plus haut! Mais on en trouve de plus convenables, par exemple au Pérou.

Image extraite d’un article relatant un débat scientifique, en 1888, sur le tintinnabulum

Utilisation religieuse ou pas… Voilà qui a fait couler beaucoup d’encre. Et ce dont, franchement, on se moque un peu quand on utiliser le verbe français.
Mais je n’ai toujours pas l’étymologie, à ce stade de l’enquête… Mes recherches m’entraînent sur des chemins de traverse, tel ce chapitre de livre, en accès libre, dont la présentation vaut le détour, à propos du Tintinnabulum Naturae

Un livre à découvrir… (Photo du blog Les Livres de Philosophie)

Je me suis promis de trouver l’ouvrage et vous en rendrai compte, si vous le voulez. J’aime bien la référence de l’auteur « Un solitaire de Champagne »… On revient aux bulles!
Quant à l’étymologie… facile, en lien avec deux verbes qui n’ont d’autre signification que de renvoyer… aux sons… On tourne en boucle!

A propos de sons… Le verbe « tintinarre » a inspiré une chanson bien loin du tintinnabulement! Comment en est-on arrivé à un tel hiatus? En passant par une phrase du fondateur de Playboy, Hugh M. Helfer : « Si non oscillas, noli tintinarre » (les latinistes et amateurs d’italien remarquent la double erreur d’orthographe, n seul et r redoublé), gravée sur une plaque, peinte sur une verrière… Mais c’est une autre histoire…

Oublions tout cela, revenons à l’essentiel et prononçons ce mot : « tintinnabuller »… aussi bien que Graeme Allwright

Un air frais, un cristal pur, un entrechoquement de choses légères…