Dîner sur la plage

Qui ne rêve de dîner sur une plage? Voici quelques jours que je me fais plaisir en testant diverses formules, et j’ai envie de partager cela avec vous ce matin, alors que je suis confortablement au lit dans la douce chaleur de ma chambre, par seulement 15 degrés dehors (où est la canicule annoncée???)…

Hier vous avez pu voir la photo prise lors d’un pique-nique sur la Plage de Passable. Voir descendre le soleil sur le Mont Boron, regarder Villefranche sombre progressivement dans la pénombre, et se baigner avant ou après le pique-nique, quels plaisirs !

La photo ci-dessus vous donne la réponse à l’énigme d’hier! Effectivement, j’avais oublié les verres… en temps de CoVid, on évite de boire tous au goulot de la même bouteille… J’ai donc effectué une superbe genèse instrumentale (clin d’oeil à Pierre Rabardel) et découpé la bouteille d’eau glacée, qui a permis de dégager deux verres, dont l’un, au superbe pied-bouchon de plastique, visible ci-dessus!

L’écriture de mon article a été interrompue… Je viens d’aider des associations à installer leurs étals (ou étaux???) sur l’esplanade de Mers-les-Bains, en vue de la préparation de la Fête des Baigneurs… Et il est l’heure maintenant d’aller voir la Fête de la Mer au Tréport… promis, je reviens vous « parler » dès que possible…

Un choeur mal traité, voire maltraité

On devine la mer, pourtant si proche!

Annonce inattendue dans le programme des Soirées Estivales offertes, comme chaque été, par le Conseil Départemental des Alpes Maritimes. Un petit rappel : ces soirées ont pour objectif de valoriser les artistes peu connus du coin, tout en faisant découvrir un village ou un bourg méconnu. Or, cette fois, le « méconnu » n’est autre que Cap d’Ail – vous savez, cette ville qui jouxte Monaco? Et les artistes, le choeur de l’Opéra de Nice! Evidemment, la curiosité l’a emporté, et direction la frontière monégasque. Une place de livraison disponible en haut de ville? Je prends. Et nous voici descendant des escaliers, et encore des escaliers, pour atteindre le niveau de la mer, où se situe l’Amphithéâtre de la Mer. J’espérais une jolie vue comme à Monte Carlo… Hélas non, il est tourné vers l’ouest, et c’est tout juste si l’on peut deviner l’eau. Très inconfortable aussi : choix entre des rangs de chaise sous le podium, ou des « marches » énormes, chauffées toute la journée par Phoebus, et qui plus est granuleuse. Mais ce n’est pas le pire. Il restait à venir.

Spots éblouissant la foule

Le choeur est de qualité, rien à dire. De beaux timbres même, surtout parmi les femmes, qui se distinguent parfois. Un répertoire varié, allant de Massenet à Verdi, du madrigal au Choeur des Esclaves… Pas de Mozart, comme annoncé dans le programme, mais ce n’est pas grave. Ce qui l’était davantage, c’est la manière dont a été traité le choeur et son chef. Imaginez : des lumières violentes, pas d’amplification si ce n’est pour les explications du Maestro – et le micro faisait baisser enfin l’intensité des projecteurs éblouissant les spectateurs/trices. Enfin, des essaims d’insectes tournant autour des bouches ouvertes pour le chant!

Dommage, vraiment, de voir des artistes traité-e-s ainsi! La première partie du programme n’a pas pu être appréciée, car on n’entendait pas les paroles. Triste pour les Fleurs de Massenet,

Encore plus pour les Roses de Rainer Maria Rilke…

A ce propos, j’ai découvert un compositeur dont je n’avais jamais entendu parler : Morten Lauridsen, un Américain d’origine danoise. Il a mis en musique des oeuvres du romantique Allemand… Mais quand on n’entend presque rien, comment en profiter?

Et c’était si dur pour le choeur, que son chef, Giulio Magnanini, a demandé pour la fin que les spots soient éteints!

Ah! J’allais oublier! Une jeune femme venue assister avec deux chiens qui se mettaient à hurler quand les aigus arrivaient, et deux petites filles qui dansaient en tapant des pieds, couvrant parfois les sons sotto voce du choeur!

Mais de bons moments cependant, notamment avec les airs d’opéra, et on ne se lasse pas de Nabucco, ni du Va Pensiero, n’est-ce pas? A propos, j’ai trouvé sur le net l’air chanté par le même choeur, durant le confinement de 2020… si vous voulez l’écouter?

Une Madone d’Utelle désertée

L’autel face aux Alpes… Quel plus beau site pour des offices?

Le guide Randoxygène, qui n’est pourtant pas spécialisé dans le marketing touristique, présente en ces mots le site :

« Lieu de dévotion où se presse chaque année une foule d’habitués ou de touristes, le sanctuaire de la Madone d’Utelle fut fondé en l’an 850. Trois pèlerinages annuels s’y déroulent au départ de La Tour-sur-Tinée (Pentecôte), d’Utelle (15 août) et du Figaret d’Utelle (8 septembre).

La légende rapporte que deux (ou trois) navigateurs espagnols (ou portugais) perdus dans la tempête au large de Nice aperçurent une lumière surnaturelle qui les dirigea vers la Côte. Ils installèrent un oratoire au sommet de la montagne salvatrice, lequel fut détruit, puis reconstruit en 1806 sous forme de chapelle et restauré au milieu du XXe siècle, une route goudronnée permettant l’accès en voiture depuis 1936. »

L’église apparaît surdimensionnée, et la laideur de son architecture n’a plus de justification…

Certes, la statue n’est pas du meilleur goût, mais elle pleure l’absence des touristes et pélerin-e-s…

J’ai effectivement connu les lieux vivants, avec une auberge accueillante, des promeneurs/euses et des siesteurs/euses, une église ouverte et même une boutique où l’on vendait des produits des monastères environnants, dont un étonnant pastis…

Quel choc de les revoir désertés. Auberge close. Eglise fermée. Et pas un chat sur la gloriette qui abrite la table d’orientation… Seuls deux couples de touristes âgés pour fréquenter la superbe crête qui domine la côte et les vallées de l’arrière-pays niçois…

Un local cependant est ouvert, lui, et bien ouvert! J’aurais pu y prendre ce que je voulais, notamment pour mon jardinage!

Qui a ouvert cette porte, n’a visiblement pas pris grand’chose et l’a laissée béante? Mystère!

Notre hôte de l’Aubergerie del Campo venait de nous le dire : « Avant, il passait 4000 véhicules par jour dans la Vallée de la Vésubie ». Difficile à croire, car nous n’en avions vu qu’une dizaine à l’aller, et guère plus au retour… Et pourtant, c’est vrai. Seuls les sites de la catastrophe attirent les curieux. Le reste est déserté. Triste, n’est-ce pas? Je n’aime pas la foule, mais les villages ont besoin de vivre et d’être accompagnés dans leurs tentatives de survie…

Même les chardons bleus se sentent bien seuls… J’en aurais bien cueillis pour ma pharmacie, mais ne suis pas assez experte pour être sûre que c’est la bonne espèce!

« Outre ses belles fleurs bleu violet, certaines espèces de chardon bleu sont aussi comestible grace à ses racines et médicinale contre les rhumatisme et les calculs rénaux.« 

L’aubergerie Del Campo

Je pense avoir déjà écrit sur cet endroit hors du monde et du temps, où l’on est accueilli-e par un hôte exceptionnel. Qu’à cela ne tienne, je réitère, car vraiment toute visite en ces lieux demeure inoubliable. Il s’agissait en l’occurrence de le faire découvrir à un ami qui n’y était jamais allé, tout en prenant l’air frais de la montagne, par ce chaud dimanche de juillet… Direction donc Utelle, plus exactement la route grimpant de Saint Jean de la Rivière à la Madone d’Utelle (un autre de mes lieux de prédilection), dans l’arrière-pays niçois. A l’aller, route basse de la Vallée de la Vésubie, au retour, route haute passant par Duranus et Levens.

On se stationne sur deux petits parkings aménagés en terrasse au-dessus de la vallée, et l’on redescend un peu à pied, en longeant une exposition inattendue…

Il faut ensuite franchir un portique engageant, pour s’engager dans le petit chemin qui serpente jusqu’à l’entrée, située bien en contrebas… ce qui amène à penser « Comment remonter après un bon repas bien arrosé, par un tel soleil? »

Toutes sortes d’objets font revivre un passé plus ou moins lointain à celui ou celle qui chemine…

Accueil d’abord par le chien, puis par le Maître des lieux, Sylvain Moreau. Petite déception : ce n’est pas vers la superbe terrasse (encore plus en contrebas, mais avec vue imprenable sur la Vésubie) qu’il nous emmène, mais vers la salle à manger. Cette déception ne dure pas : je réalise vite que nous serons beaucoup mieux dans cet espace chargé d’histoire, bien calme, mais aussi très aéré, avec vue sur la cascade et le Vallon de l’Imberguet.

Le Maître de Céans explique l’histoire de ces bâtiments (trois, exactement) qui constituent l’Aubergerie. Deux d’entre eux ont été reliés par ce qui constitue maintenant l’entrée.

Au fond à gauche, la porte d’entrée. La photo au mur représente le bâtiment désormais relié à celui-ci
Qu’il doit être agréable de dîner au coin de cette cheminée l’hiver!
Déjeuner surveillé par des yeux de guêpe (ou d’abeille?)

Pourquoi « aubergerie »? Le terme existe bien dans notre langue, comme l’atteste le CNTRL.

« Néol. d’aut.Faire aubergerie. Utiliser en guise d’auberge.

… − et si de ce lot de palmiers j’ai fait repos et aubergerie pour les caravanes − alors te voilà qui t’y reconnais dans ta maison. Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 897.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1944, supra. Dér. de auberger*; suff. -erie*; les formes d’a. fr. abergerie, habergerie, harbergerie « habitation » (fin xiie-xiiies. ds T.-L.) sont dérivées du verbe a. fr. arbergier, v. auberge; la forme haubergerie « logement » hapax de 1507 (Lemaire de Belges ds Hug.) est peut-être dér. de auberge, mais plus vraisemblablement une altération de he(r)bergerie d’apr. les formes méridionales en au-. L’a. fr. herbergerie « habitation » (2emoitié xiies., Moniage Guillaume ds T.-L.) est dér. de l’a. fr. herbergier (héberger*).« 

Quand on a un peu fréquenté l’aubergiste, on sait qu’il aime les jeux de mots. Quel bel exemple « auberge » et « bergerie » ainsi reliés, n’est-ce pas?

Avant le repas, la coutume consiste à déguster deux apéritifs maison : vin d’orange et vin de citron. Personnellement, j’aime les deux, mais j’avoue un faible pour le second, dont je prends ensuite bien volontiers un verre complet. Et je ramènerai à la maison une bouteille… de chaque!

Puis choix des mets dans un menu varié. Parmi ceux-ci, le célèbre « crespeou ». Des omelettes à toutes sortes de légumes, accumulées dans un plat rond; après réfrigération au moins d’une nuit, on démoule à l’envers et on sert en quartiers. En voici une tranche, couchée, servie avec sa sauce, et auquel le Chef a ajouté un morceau de sa délicieuse terrine.

Pour ma part, j’ai opté pour une entrée plus légère, un brick au chèvre…

Tout est dans le détail : les herbes fraîches aux parfums subtils, les merises traitées comme des cornichons, les petites olives de Nice… sans oublier le radis croquant à souhait, la salade juste assaisonnée et les tomates au goût fruité…

Pour plat principal, j’ai choisi la truite du Cians, rivière d’une vallée voisine.

Et, au dessert, mon hôte a gentiment accepté de me faire apprécier deux desserts : le gâteau meringué au citron, un vrai délice! et la crème brûlée aux framboises cueillies chez la voisine, tout aussi excellente! Au point que je me suis précipitée pour les déguster, et que la photo ne montre que ce qu’il restait quand j’ai pensé à la faire!

Pas d’esbroufe pour les vins. Un Côte du Rhône simple mais très bon, ouvert délicatement avec un tire-bouchon bi-lame.

La seconde bouteille sera, elle, ouverte avec ce magnifique limonadier, dont j’ai découvert sur le net qu’il date de la fin du XIXème siècle.

Un petit café et, bien sûr, les merises à l’eau de vie pour parfaire ce qui était déjà bien parfait…

Car je n’ai pas pu vous rendre compte de tout ce qui a constitué l’atmosphère si particulière et enchanteresse de ce qui fut un partage, loin de la « consommation » (dont Sylvain prend un malin plaisir à détacher la première syllabe, comme il le fait pour raconter comment il demandait aux Dames leur QR code… Depuis le poivre présenté dans un moulin à café ayant bien vécu, jusqu’aux anecdotes narrées par l’hôte, tout est pensé, préparé ou improvisé pour que chacun-e passe ici un moment hors de l’agitation et près de la Nature…

« Descente » vers le Sud

Le Rhône à Tarascon

Pourquoi utilise-t-on le terme « descendre » pour qualifier le cheminement vers le Soleil? Comme si le Sud était un Enfer? Voilà qui m’a interpelée depuis mon plus jeune âge, et continue de le faire… L’emprise des représentations graphiques est-elle si importante ?

Quoi qu’il en soit, un petit mot pour évoquer cette « descente » vécue cette semaine. Non sans au préalable m’être excusée auprès de mes fidèles lecteurs/trices du long silence du mois de juin, qui a vu se succéder occupations et préoccupations de toutes sortes, ne me laissant pas l’esprit suffisamment disponible pour continuer à partager mes plaisirs et découvertes avec vous. Ce qui explique qu’en ce mois de juillet vous allez me suivre dans le Sud, mais aussi « remonter » de temps à autres vers le passé et le Nord…

Pour commencer, une petite anecdote pour vous faire rire… Autoroute A 5 pour éviter de repasser par l’Ile de France… Petit détour pour le pique-nique de midi. Préparé par une recherche sur le net, une fois le volant passé à un des passagers. J’avais donc repéré un village présenté comme typique, « de caractère », plein de bonnes surprises architecturales et riche d’une histoire intéressante : Chateauvillain. Je n’invente rien, il vous suffira de regarder le site du tourisme Champagne-Ardennes pour comprendre mon intérêt. Après avoir évoqué le plaisir qu’éprouvait Simone de Beauvoir à venir en ces lieux, il évoque toutes sortes de sources d’intérêt:

« La cité conserve de nombreux témoins d’une histoire peu banale : vestiges du château du moyen-âge et de celui du XVIIe, enceintes fortifiées du XIIe et du XIVe, Tour de l’Auditoire qui accueille le petit musée de la ville, labyrinthe de ruelles et de chemins de ronde. On y découvre également un lavoir à parquet flottant unique en France, la Maison de la Prévôté et ses gargouilles, un colombier mis à l’honneur par Diderot dans l’Encyclopédie, la chapelle de la Trinité et ses peintures à la détrempe, une ancienne huilerie, les grandes halles à colonnades, l’hôtel de ville qui fait face à l’église Notre-Dame dont la façade est signée Soufflot. La Porte Madame, une des portes de la ville au moyen-âge, donne accès aujourd’hui au Parc aux Daims, un agréable lieu de promenade de 272 hectares où vivent plus de 200 daims. Fière de son passé, la cité de Châteauvillain, n’en est pas moins résolument tournée vers l’avenir. L’ancien site industriel « Le Chameau » où l’on fabriquait des bottes en caoutchouc, vit désormais au rythme de la création et d’expérimentations artistiques.« 

La réalité est toute autre : un village sans caractère, triste à mourir, peu accueillant. Nous avons fini par pique-niquer sur un banc près du Parc aux Daims, fermé aux visiteurs/euses!

Bref, un détour bien raté…

L’objectif était d’atteindre le soir Tarascon, où nous avions rendez-vous. Donc reprise de l’autoroute et « descente » rapide sans plus de slaloms…

J’aime beaucoup Tarascon, petite ville au riche passé aussi. Et devinez le nom du camping qui m’abrite régulièrement? Tartarin, bien sûr! L’accueil téléphonique était déjà chaleureux. Les prix, sans concurrence… Le choix offert entre roulotte, mobil-home et vaste tente… entre 50 et 85 euros en pleine saison d’été… Et des conseils, sans chercher à « vendre » le plus cher… J’annonce que nous ne savons pas vers quelle heure nous arriverons. Pas de problème! Les propriétaires restent sur place le soir, car ils tiennent un restaurant sympathique, une vaste terrasse au bord du Rhône. Bref, tout ce qu’il faut pour se sentir attendus, accueillis, bienvenus…

Le site est remarquable, au pied du château qui borde le Rhône.

Le château, vu de l’entrée du camping

Le camping a tout pour plaire aux petit-e-s comme aux grand-e-s, avec jeux, terrain de pétanque, mini-golf, restaurant et, bien sûr, piscine. Piscine au bord de laquelle était situé le mobil-home qui nous a abrités, choisi pour sa climatisation, car la différence de température entre Paris et Tarascon n’était pas mince!

La piscine, délicieusement kitsch, vue de la terrasse du mobil-home

La personne qui nous a accueilli-e-s était des plus souriantes. Très avenante, elle nous a ouvert le portail, guidé-e-s jusqu’à notre lieu de repos (bien mérité après une route rendue pénible par le mistral). Bref, un lieu de séjour idéal. Un seul regret : n’avoir pu y passer qu’une nuit, car Nice m’attendait depuis septembre…

Une auberge solognote

Le nom de l’auberge ne m’inspirait que de la crainte… « Fusil » n’est déjà pas très gai… « Vieux Fusil » évoquait pour moi un film horriblement triste, bien que j’aime beaucoup son acteur principal, Philippe Noiret. Et « coup de fusil » fait penser à des additions très salées… Bref, tout cela n’est pas très engageant. Je regrette d’avoir oublié de demander aux propriétaires pourquoi ils ont choisi cette enseigne plutôt repoussante qu’attirante.

Déception : le groupe n’est pas reçu sur la terrasse au milieu des vignes, comme je l’espérais. Nous devrons nous contenter d’un intérieur un peu terne (genre « Homestaging »), rehaussé seulement par une décoration inattendue : de vieilles culottes pendues sur une corde à linge.

La terrasse convoitée mais inaccessible pour le groupe

Le repas est fin, et j’apprécie particulièrement l’entrée et le dessert. Les asperges sont délicieuses, et la sauce, originale et légère.

Pas de choix de menu, nous devons nous contenter de ce que l’on nous sert au pas de course, car nous sommes arrivés trop tard à leur goût, visiblement. J’apprécie cependant le dessert aux fraises…

Pour accompagner ce repas, un vin de Touraine, bien sûr. Qui m’apprend qu’il y a d’autres vignerons à Soings.

Bien sûr, j’ai cherché à savoir ce qu’était le « rin du bois ». Voici l’explication apportée sur le site du domaine :

« Le nom « Rin du Bois » vient d’une déformation de prononciation, en patois Solognot, de « l’orée du bois. »

Une image empruntée à la page Facebook de Pascal Jousselin explicite le nom…

Le vin proposé est présenté en ces termes sur la « boutique » du domaine.

« Cuvée à l’Ancienne (2012)

Vin rouge de cépage Cabernet franc. Sa robe violacée, presque noire, richement fruitée, offre un vin puissant, riche et concentré.

A déguster dans les 10 ans et plus. »

Inutile de vous dire que cela ne fait pas partie de mes vins préférés…

Bref, vous l’aurez compris, une belle petite adresse, avec une cuisine de qualité certaine, mais ce n’est pas le summum pour le rapport qualité / prix (beaucoup ont été déçus par la cuisson de la viande), et l’accueil n’y a pas été fantastique. Peut-être à essayer « hors groupe »? En tout cas, la terrasse est tentante, la carte également… Vous la trouverez ici

Des chambres et roulottes sont également disponibles à cette adresse, visiblement moins onéreuses qu’on ne pourrait s’y attendre. A tenter?

Dives Bouteilles

Voilà qui est bien prétentieux pour la Béotienne que je suis… prétendre parler d’oenologie ! Mais je vous l’avais promis : après vous avoir parlé de la famille de viticulteurs, avoir essayé de comprendre qu’une perruche pouvait ne pas être un oiseau et que la musique pouvait peut-être tuer des champignons et bactéries, il est temps de passer aux choses sérieuses, issues de ces plants qu’on cultive avec soin et protège des nuisibles : le vin. Vous vous souvenez des mots de la prêtresse Bacbuc, gardienne de la Dive Bouteille, dans le Cinquième Livre de Gargantua ?

«Sachez, mes amis, que par le vin divin on devient, et qu’il n’y a pas d’argument aussi sûr, ni d’art de divination moins fallacieux. Vos Académiciens l’affirment, en expliquant l’étymologie du mot vin, dont ils disent que le grec oinos équivaut à vis, la force, la puissance, en latin. Car le vin a le pouvoir de remplir l’âme de toute vérité, de tout savoir et de toute philosophie.»

J’avais repéré dans l’entrée une bouteille dont le nom m’intriguait : je connaissais celle d’Orléans, mais pas celle de Romorantin, et j’avais hâte de goûter ce breuvage.

Les verres sont prêts, le « crachoir » aussi…

On nous distribue la carte, avec le prix des vins. Je repère tout de suite que la ligne « Pucelle » reste bien vierge…

Le Maître de céans explique qu’il va nous présenter les blancs en premier, avant d’en arriver aux rouges. Et la dégustation commence.

Vous observerez que les photos ont des formes bizarres… J’ai dû « jongler » pour retirer toute figure humaine, pour cause de droit à l’image, comme vous le savez. Ce qui donne des formats étranges comme celui-ci, où l’on devine quand même le geste de Ganymède.

Notre échanson nous a fait goûter successivement 7 vins. 7, « mon » chiffre… Voici un échantillon des bouteilles après dégustation, soigneusement classées par ordre.

Les vins présentés dans l’ordre de leur dégustation

Alors que je veux saisir le carnet sur lequel j’ai pris des notes, je m’aperçois que je l’ai oublié dans la maison où je me trouvais ce week-end… Je vais donc « sauter » le passage qui devait être basée sur la prise de notes de l’apprentie consciencieuse que je suis, pour aller directement à la fin de cet article, et vous devrez vous contenter des commentaires sur le dos des bouteilles, le site du Domaine ou les sites spécialisés.

Je ne suis pas spécialiste, mais je sais que je n’apprécie guère les vins du Val de Loire. Seuls de bons Sancerre blancs et quelques rares Chinon rouges ont jusqu’à présent trouvé grâce à mes yeux. La dégustation a confirmé ces choix. Alors que tout le monde s’extasiait sur certains crus, et notamment le Chenin, je restais de marbre. Un petit jeu de notation comparative a démontré que j’étais totalement nulle, voire en opposition absolue avec les connaisseurs/euses qui m’entouraient, et les expert-e-s du Club Vanvino qui nous avaient convié-e-s en ces lieux.

Le trio de choc des organisateur/trices. Photo copiée sur le site officiel de l’association

J’aurais dû assister à leurs séances d’oenologie avant! Mais il n’y avait plus de place lorsque j’ai voulu m’inscrire en septembre dernier. C’est dire si elles et il ont du succès!

Par contre, vous l’avez sans doute déjà deviné, on ne nous a pas fait goûter LE vin que j’espérais. Alors… j’en ai acheté, pour pouvoir le taster en toute tranquillité. Comme ce n’est point encore fait, je ne puis vous dire ce qu’il en est. Mais, promis, je le ferai !

Poulpitude zénitude à La Défense

Jamais je ne pensai pouvoir apprécier La Défense… et pourtant… Pourtant, en ce midi ensoleillé, je dois bien avouer que j’ai trouvé fort agréables ces moments passés au soleil, devant un bassin orné d’étranges extraterrestres colorés, à déguster des mets délicats.

Oui, il existe un endroit agréable dans cette forêt de béton et autres matériaux de construction. En bois, qui plus est !

Photo copiée sur le site « Restos sur le grill« … qui n’en dit pas grand bien, soit dit en passant…

Et même le verre environnant prend des allures d’oeuvre d’art…

La terrasse donne sur le bassin des « Signaux » de Takis.

« Takis a imaginé une surface aquatique, d’une cinquantaine de mètres de côté, sur laquelle sont posés 49 feux lumineux multicolores de hauteurs différentes (entre 3,50 et 9 mètres) semblant être montés sur ressort. Parfaitement intégrés à la perspective de l’axe historique, visibles depuis l’Esplanade et depuis Neuilly, ces feux, de formes géométriques colorées, clignotent et se balancent dans un ballet ludique et enchanteur.

En 1991, l’artiste, installe ses Signaux, et reproduit ainsi son œuvre à l’arrière de la Grande Arche, cette fois-ci directement sur la dalle. Takis marque ainsi de mâts lumineux les deux entrées de La Défense, ses œuvres semblant servir de points de repères pour marquer les entrées et sorties de ce territoire. » (source)

Je me suis promis de revenir voir le spectacle de nuit, car le bassin est illuminé de toutes les couleurs, qui doivent se refléter dans les immeubles environnants.

Détail amusant, le restaurant a presque le même nom que ma « cantine » à Mers-les-Bains… Vous savez, ce nom qui évoque le poulpe ? Octopus, oui, c’est cela. Car ils servent bien du poulpe, sous différentes formes.

« Doté d’une double terrasse de 150 m2 sur l’Esplanade de La Défense, le restaurant des Rostang et de Liquid Corp se dévoile face au bassin Takis, avec une vue imprenable sur l’axe historique parisien.

Pour le déjeuner, les Rostang ont concocté avec la Cheffe Bénédicte Van der Motte une carte épicurienne proposant des viandes grillées au four à bois, des plats de chef et des assiettes légères, végétales ou iodées venues du Raw Bar. »

Epicurienne, non, pas d’accord. Mais hédoniste, oui. Et il est vrai que tout était léger. Je me suis contentée d’un saumon Gravlax, qui était délicieusement aromatisé de diverses épices et herbes.

RAW BAR ………………………………………………………………

​SAUMON GRAVLAX                                 13 

Raïta aux fines herbes et concombre

Salade de fenouil cru

Deux verres de blanc suffisaient. Etude comparative de deux crus très différents… Une valeur sûre, le Chablis, et une découverte, choisie pour son nom plutôt drôle…

80% Muscat, 10% Chardonnay, 10% Viognier… un vin du Languedoc-Roussillon (Saint Guilhem le Désert). A partir de ces informations, saurez-vous identifier le verre qui le contient? Droite ou gauche?

Bien sûr, je n’ai pas pu m’empêcher de composer un tableau avec l’eau pétillante, surtout pour son slogan !

Attention, si vous souhaitez profiter de cet endroit, mieux vaut réserver ! C’est possible en ligne ou par téléphone sur le site : https://oxygen-ladefense.fr/octopus/

Vous ne le regretterez pas, je pense. Et, si vous préférez l’Arc (de Triomphe) à l’Arche (Grande), une autre terrasse tourne le dos à cette dernière…

Photographie copiée sur le site officiel de Octopus-Oxygène La Défense