Nouvel incendie à Jansiac

Celles et ceux qui me connaissent un peu auront sans doute remarqué un hiatus dans les articles récents. Lors de mon séjour dans le Jabron, j’avais annoncé une visite à Jansiac, dont je n’ai plus parlé ensuite. Ce qui ne me ressemble pas.

La raison en était simple : je voulais protéger ce qui reste de la « Nef des Fous », et celle qui en est la gardienne, « Ferlane ». Je la sentais en danger dans ce monde déraisonnable et souvent odieux. Et j’avais raison. Hier soir m’est parvenue par une amie l’information que je redoutais. Un nouvel incendie a ravagé plus de 30 hectares, dont une grande partie leur appartenant, et les bâtiments qui avaient été épargnés par le précédent. Ce dernier avait détruit ce qui était la « salle à manger d’été », avec le piano et le clavecin ancien qui permettaient à Ferlane de jouer.

J’ai donc décidé aujourd’hui de rompre ce silence, car il faut trouver une solution pour protéger ce qui fut une Utopie, au vrai sens du terme. Et que je suis allée voir, empruntant une mauvaise piste pour grimper en montagne, puis cherchant en altitude où pouvait se trouver ce territoire hors du temps. Je l’ai trouvé, niché non loin d’un col, et ai été accueillie par le dernier membre de la communauté, Ferlane, maintenant âgée de 71 ans, selon ses dires, et ai fait aussi la connaissance de la jeune femme qui l’a récemment rejointe, et des jeunes gens qui l’aident à reconstruire des bâtiments, dont un Compagnon charpentier.

J’avais entendu parler d’ « ermites » qui vivaient en montagne. M’enquérant par la suite de cette histoire, j’en appris quelques bouts, et m’étonnais de voir considérer comme « fous » des êtres qui vivaient en autarcie au-dessus de la vallée. Un article découvert dans le journal local que l’on m’avait conseillé m’a permis d’en savoir davantage, et de concevoir le projet un peu fou d’essayer de les trouver.

Nous étions donc trois femmes à être montées les rencontrer, et nous avons reçu un accueil remarquable. Ce fut un vrai bonheur que de partager un repas avec cette petite communauté reconstituée le temps de l’été, et j’écoutais avec intérêt ce qui m’était dit du passé. Mais j’avais décidé de le taire, pour ne pas les mettre en danger. Tout en me demandant comment continuer à recueillir ces dires, pour garder la mémoire d’une aventure hors du commun et d’une démarche philosophique et sociétale très intéressante.

D’entrée de jeu, lorsque je parlai de « 68 », je fus rembarrée par mon interlocutrice, qui tint à faire observer que sa communauté n’avait rien à voir avec les « hippies », ni les « écolos », ni les militant-e-s de tout bord politique.

La jeune femme qu’elle était a rejoint cette communauté un an après sa création, en Bourgogne. Les deux fondateurs étaient des architectes qui ont délaissé leur ancrage francilien pour se lancer dans le projet d’une Utopie. En 1974, suite à des informations qu’ils ont recueillies et vérifiées, ils acquièrent un terrain, pour ne pas dire un territoire, énorme – regroupant trois propriétés agricoles et sylvicoles – sur les monts qui dominent la vallée du Jabron, et s’y installent pour créer ce qui devait être la première d’un ensemble de communautés en Utopie.

Au moment où j’écris ces lignes, sous le coup de l’émotion, je n’ai pas encore étudié les textes, articles, interviews et autres témoignages de l’époque, ce que je me proposais de faire par la suite, après avoir réfléchi à la manière de témoigner sans nuire. Mais les déclarations de mon hôtesse évoquaient une démarche philosophique basée sur la phénoménologie, et une expérience sociétale fondée sur l’absence de toute valorisation. L’idée était de vivre en une sorte d’autarcie partagée (expression de mon cru, à vérifier!), et de voir comment plusieurs communautés pouvaient vivre ainsi. Ils ont tout essayé. Modifier l’environnement naturel (2000 arbres plantés, des étangs creusés, des terrasses cultivées…), produire de l’énergie, et il subsistait encore, lorsque je suis montée, une scierie, une menuiserie, une imprimerie… Imprimerie? Eh oui, car la Nef des Fous fut une maison d’éditions, ainsi dénommée en référence au tableau de Jérôme Bosch, lui-même inspiré de l’ouvrage de Sébastien Brant, Das Narrenschiff.

Ferlane a tenu à préciser, en riant, que, pour eux, les Fous n’étaient pas à l’intérieur, mais à l’extérieur du « navire »…

Je ne suis pas en mesure actuellement d’en dire davantage sans risquer de raconter des sornettes, et je ne veux pas pervertir la pensée de cette communauté. Mais vous l’aurez compris, elle mérite d’être fixée et de rentrer un jour dans l’Histoire.

Me taire n’a pas suffi à protéger ce qu’il en reste. Espérons que la Mémoire pourra jouer et l’Histoire s’emparer de ces idées, pour que d’autres continuent à vouloir (re?)créer des Utopies…

Un commentaire sur “Nouvel incendie à Jansiac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.