Escapade en montagne

La chaleur monte à Nice, et il y a beaucoup (trop?) de monde sur les plages… Le moment rêvé pour une escapade en montagne!

Direction : le Col de Turini. Envie de respirer l’odeur des pins et sapins qui font la spécificité de ce coin du Mercantour…

Aller par la Vallée de la Vésubie. Pas par la route du fond, censée être plus rapide (mais est-elle accessible après la catastrophe de cet hiver? et puis je préfère celle des sages muletiers d’autrefois, en hauteur à flanc de montagne). Donc passage au Saut des Français à Duranus, avant de redescendre sur Saint Jean la Rivière. Et là, les dégâts commencent à être visibles, ainsi que les travaux gigantesques engagés à leur suite. Mais je n’irai pas jusqu’à Saint Martin… direction La Bollène. Quelques lacets, et on y est. Mais le restaurant repéré sur Internet avant le départ, annoncé à La Bollène, se situe… au-delà du Col de Turini, ainsi que me l’annonce la dame qui répond au téléphone (en l’absence de connexion, on revient aux anciennes technologies!)

Donc de nouveaux lacets… Et de l’admiration pour toutes et tous les cyclistes doublés dans la montée!

Passage au Col où quelques sportifs et de rares touristes se rafraîchissent aux terrasses des cafés/restaurants, puis montée vers Camp d’Argent, la station de ski.

Une maison plutôt défraîchie, mais une belle terrasse… L’Authion… C’est bien là… Une carte sur une ardoise un peu effacée le confirme : « Jean-Jean vous propose… »

Installation sur une table avec belle vue sur la forêt et la vallée… Il fait bon, le soleil brille…

Au menu, entre autres : une « cassolette », du lapin grillé, de la daube, des raviolis, de la tarte aux myrtilles… Voilà qui est alléchant…

La cassolette est délicieuse.

La patronne (71 ans) explique qu’elle est faite à partir des champignons fraîchement cueillis et de « chénopode bon-Henri » (je lui ai fait écrire!). Ainsi j’ai découvert une plante que je ne connaissais pas, et appris depuis qu’elle avait de nombreuses vertus… Autrement parfois appelée « épinard sauvage »…

Description de cette image, également commentée ci-après

Appris aussi l’origine (ou la légende) du nom : Henri IV aurait encouragé la culture de cette plante aux vertus médicinales et gustatives…

La même plante a servi à farcir les délicieux petits ravioli qui accompagnent une daube savoureuse et un lapin grillé à point. Au dessert, tarte (j’aurais tendance à dire « tourte » car elle est couverte) aux myrtilles et tarte aux framboises se disputent la vedette.

C’est bien le patron qui fait la cuisine, encore, à 82 ans… et la patronne qui sert. Un accueil chaleureux, qui s’achève sur le genépi offert… Bref, une adresse comme on en trouve beaucoup trop rarement…

Pendant le repas, une pluie d’orage. Les autres clients se réfugient à l’intérieur. Et c’est un délice de continuer à déguster sous un vaste parasol devenu parapluie, avec l’odeur des sapins amplifiée par l’humidité, dans la tranquillité ambiante…

Petite sieste ensuite au-dessus de la station, avec une vue splendide sur le Mercantour et la Vallée des Merveilles.

Mais il faut penser à redescendre, à regret.

Arrêt à la Vacherie de Mantegas. Le coin regorge de vacheries, où l’on peut acheter la tome, le brousse et la brousse… ce que je fais auprès de la vachère, qui m’explique ses déboires avec les touristes…

Vacherie de Mantegas

Tome et brousse achetés, la descente continue. Nouvel arrêt, cette fois pour aller voir ce qui est indiqué comme « table d’orientation ». En fait, je découvre qu’il y a deux tables. Que plus d’un siècle séparent…

On commence donc par la plus récente, qui offre un panorama allant, si on l’en croit, jusqu’à la Corse. En l’occurrence, la brume empêchait même de bien percevoir le Pic de l’Ours… Comment aller à l’autre, que l’on aperçoit au lointain? Un escalier s’offre en contrebas… Essayons?

Les marches plient mais ne rompent pas… ouf! Ce n’est pas fini… Il faut maintenant descendre d’autres marches, plus solides certes, mais aussi plus irrégulières…

Un banc sur le côté… Mais difficile d’en profiter… Il évoque plutôt un squelette!

Enfin l’on parvient à la vénérable table, qui a passé la centaine depuis quelques années!

Dans toutes les directions, la vue est superbe, malgré le temps capricieux…

Nous pouvons observer que la route empruntée le matin même, pour passer de La Bollène au Col de Turini, n’est pas enregistrée. Mais celle du retour l’est bien…

Il ne reste plus qu’à retourner à la première table, bien campée sur son éperon rocheux, là, au-dessus…

Au passage, nous saluons deux travailleurs ou travailleuses, qui butinent sans relâche…

Au fait, qui pourrait me dire ce que sont ces insectes, que je n’ai jamais vus?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.