Une campagne de pub dans les bars déserts

Si vous me lisez attentivement (ce dont je doute, grand bien vous en fasse!), vous avez peut-être remarqué que, voici peu, j’évoquais une marque d’apéritif… Non pour lui faire de la publicité, mais parce que, tout simplement, je cherchais à comprendre d’où venait le nom d’un des (nombreux) cocktails que j’aime.

Et, toujours si vous me suivez, vous savez que j’ai un faible pour ce que je nomme les « co-incidences », ces rencontres improbables et imprévues d’objets, d’évènements, de nouvelles…

En voici donc une nouvelle.

Aujourd’hui, en parcourant ma Lettre Quotidienne de L’Oeil de la Photographie (dont je vous ai déjà parlé), je découvre toute une série de photographies faites par Fred de Pontcharra dans les cafés et bars parisiens désertés durant la période de confinement. Et devinez pour qui? Eh oui! cette même marque. Alors j’oublie les articles que je vous dois depuis quelques jours, et je consacre mon écriture matutinale à quelques-unes de ces photos.

Pourquoi?

Oh! Pas parce que c’est cette marque. Pas non plus parce que c’est Paris. Mais d’une part, parce que certaines me plaisent beaucoup. Et puis, elles mettent en scène le personnel de ces lieux, habituellement négligé au profit du décor ou de la clientèle, parfois mis en scène dans son activité, mais pas pour lui-même. Et j’espère que cela ne vous donnera pas trop la nostalgie des espaces clos et chaleureux, en ce vendredi pluvieux où les Parisien-ne-s et touristes vont encore devoir déjeuner, dîner et boire un verre en terrasse ventée…

Je ne puis les placer sur ce blog, elles sont bien sûr protégées, mais vous verrez le diaporama à cette adresse. Et vous pourrez faire votre quinté (ou moins, ou plus!). Pour ma part : 15 (Le Sinner) – 7 (Le Murat) – 3 (Crillon) – 1 (?) – 13 (Le Hibou) – 11 (Danico) – 5 (Lulu White). Bon, d’accord, ça fait 7. On ne se refait pas…

Un commentaire sur “Une campagne de pub dans les bars déserts

  1. De passage sur le site, l’évocation ici faite du plaisir de déguster des cocktails inventifs me remémore avec délice de biens jolis moments passés au comptoir d’un café sous la protection – oserais-je dire la bénédiction ? – de bienveillantes abbesses.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.