Un peu de musique en ce monde de brutes. Billet 2

En ce lundi matin un peu gris et tristounet, un bel air de musique classique fait du bien… L’émission de France Musique est consacrée à la Bohême, et je n’apprécie pas tout au même niveau. J’écoute donc d’une oreille un peu distraite, tout en répondant aux courriels et autres sms, et en travaillant un peu, quand un air me séduit soudain. Violoncelle, puis violon… Doux, envoûtant, calmant, « sérénisant » (hmmm, ce néologisme qui a surgi de mon cerveau fertile me plaît!)…
Pour le partager avec vous, il a fallu que je cherche, car je ne connaissais ni ne reconnaissais le compositeur… A juste titre, ma culture ne va pas jusque là! Bien loin s’en faut… Il s’agit d’ Edward Elgar.

« Concerto pour violon en si min op 61 : 2. Andante

James Judd, Royal Philharmonic Orchestra De Londres, Thomas Albertus IrnbergerLABEL : GRAMOLAANNÉE : 2018″

Je ne l’ai pas trouvé sur le net, mais voici un autre morceau du même compositeur, pour violoncelle… Un de mes instruments préférés…

Un peu plus tard, sur la même radio, je découvre Arvö Part

Magnificat – pour choeur mixte a cappella

Krijn Koetsveld, Ensemble Le Nuove MusicheLABEL : BRILLIANT CLASSICSANNÉE : 2019

Vous pouvez retrouver sur le podcast de l’émission. En voici une autre version.

Me voici donc sur le net en train de chercher ses oeuvres (je vous ai dit, je suis nulle!)… et j’ai découvert celle-ci, que je ne puis m’empêcher de vous livrer… Mais peut-être la connaissez-vous?
A vous maintenant de me donner d’autres pistes… si j’ose dire 🙂

Un peu de musique en ce monde de brutes. Billet 1

La musique tient pour l’instant peu de place dans ce blog, et pourtant… Je me propose – et je vous propose – d’écrire désormais de brefs « billets » pour partager mes plaisirs éphémères, par exemple lorsque j’écoute France Musique en écrivant sur ce blog.
Ce matin, par exemple, j’ai particulièrement apprécié deux oeuvres de Monteverdi. Je n’avais pas noté les titres, mais un ami vient de me les faire parvenir… Zefiro torna e di soavi accenti SV 251 ( dont voici une autre belle interprétation par l’Arpeggiata Ensemble ) et O beatae vitae SV 312 (en voici une autre interprétation).
provenant d’un disque de l’ensemble Il Festino.

 Image Disque - JPEG.jpg

Vous pourrez le découvrir sur le podcast de l’émission En pistes ! du 21 mai, ou trouver d’autres airs sur le net, comme ce concert en Bretagne – Il Festino a de forts ancrages bretons, comme son nom ne l’indique pas…

Le Messiah à La Madeleine

L’idée première était d’aller voir Vertikal… Hélas c’est à Bron qu’il était programmé, et la semaine suivante! Un peu loin…

En quête donc d’un autre spectacle ce vendredi soir, je découvre Haendel à La Madeleine… Oui, je sais, ce n’est pas du tout du même genre! Mais je cultive l’éclectisme… Donc réservation en ligne, et me voici dans la queue d’entrée. Discussion intéressante avec les suivant-e-s, une Italienne mariée à un Français, érudite en langues mortes, son mari, et une vieille Américaine passionnante. Les trois me disent être ami-e-s de la soprano : « Toute petite, elle est, on se demande d’où elle sort une telle voix! ». Les organisateurs sont affolés, pas d’affichage pour les files, ils vont et viennent, on attend, on attend. Arrivée en avance, je suis parmi les premières, heureusement! Nous voici enfin aux portes, mais l’attente dure… Vite, un jeu! Trouvé! Comprendre ce que représentent les reliefs des portes.

Les 10 commandements… Mais ils ne sont que 8… Enigme : qu’est-ce qui manque? Donc déchiffrage des phrases latines. Les premières, facile. Mais une d’entre elles me pose problème.

Un verbe inconnu…

Que signifie « Non moechaberis »? Jamais vu ce mot dans un texte… Je demande à la voisine. Qui l’ignore tout autant que moi. Heureusement, il y a le web. Recherche. Et je finis par trouver un verbe déponent. Mais seulement sa conjugaison! je finis quand même par en trouver la signification : « commettre l’adultère »! Ouf! C’est bien un des dix commandements! Et Cicéron ou César, pas plus qu’Ovide, Horace ou Sénèque n’ont dû l’employer dans ces textes que l’on propose aux étudiant-e-s… Nous continuons à déchiffrer… les phrases situées tout en haut sont peu lisibles, les portes sont si grandes! Mais celles du bas… Juste en face de celle qui nous avait posé question, une autre, que nous traduisons « Tu ne désireras pas la femme de ton voisin ». Tiens, tiens, quel sexisme ! l’Homme « convoite », « désire », « a envie de », et la Femme « commet l’adultère », et en pleure en s’en repentant, d’après la représentation figurée sur le panneau.

Enfin, la file avance, et nous cherchons en vain les 2 derniers commandements. Où sont-ils? Si vous le savez, merci de me le dire…

J’ai réservé dans les 10 premiers rangs et, miracle (Merci, Marie-Madeleine!), il y a des places libres… au premier rang. Tout près de l’orchestre. Et 4 chaises vides à ma droite m’interpellent. Qui vont-elles recevoir? Un jeune homme entre par la porte de droite, se précipite vers des chaises situées près de l’autel… Que fait-il? Ahurie, je découvre qu’il change de chaussures… Une fois cela fait, il grimpe rapidement les marches, avec une paire de chaussures au vernis bien brillant et aux bouts d’une longueur étonnante. Je découvrirai plus tard que c’est le violoniste Glen Rouxel

On voit mal les chaussures, dommage!
En attente d’orchestre…

Longue attente à nouveau… Je comprendrai plus tard pourquoi. Mais je ne vous le dis pas tout de suite, vous avez aussi droit au suspens!

Enfin l’entrée des artistes, bien orchestrée, c’est la cas de le dire. Les cordes par la droit, les vents par la gauche, le choeur par l’arrière. Puis arrivent, par la droite, 2 femmes et 1 homme, dont on peut supposer qu’il s’agit des solistes. Un homme jeune, dégingandé, à la chevelure ébouriffée, arrive en dernier… le chef d’orchestre.

Enfin le silence se fait, et les premières notes retentissent. Je me laisse prendre par la musique. Orchestre, soliste, choeur… Cette trilogie se répète au fil de l’oeuvre. C’est d’abord le ténor qui entre en scène. Beau rouquin au timbre bien assuré. Puis une des femmes commence… Voix de mezzo soprano, un peu faible. Elle semble malade (et je l’entendrai le confier à son voisin de chaise un peu plus tard… de même que je découvrirai, en effectuant les recherches pour écrire cet article, qu’elle remplaçait une autre chanteuse…).

Trois des chaises dont je parlais précédemment sont occupées. Mais il en reste une vide. Qui attend-elle? Je le découvre quand je vois entrer, par la porte de droite, un quadragénaire échevelée, rouge, transpirant, qui se dirige vers elle et s’y assoit, plus ou moins discrètement. Il halète comme s’il avait couru, et ses grands yeux bleus contrastent avec le vermillon de son teint. Il a peu de temps pour se remettre de son retard, car il entre vite en scène pour chanter d’une magnifique voix grave de baryton, qui sera par la suite confrontée aux instruments à vent…

The trumpets shall sound…

Enfin celle qui ne peut être que la soprano, et que j’ai reconnue d’après la description faite pas sa bande d’ami-e-s dans la file d’attente, est sollicitée par le chef d’orchestre. C’est un tout petit bout de femme, d’origine visiblement asiatique, vêtue d’une robe longue brillante de couleur ivoire. Avant de se lever, elle ôte le manteau noir qui la couvrait et l’écharpe blanche qui enserrait son cou. Elle aussi, visiblement, craint la fraîcheur de l’église. La voici qui entonne l’air qui lui est confié. Et c’est la magie.

L’en-chanteuse

Sa voix est puissante, elle transmet l’émotion, sa pureté est frappante. Comme j’aime Louise de Vilmorin, je vous propose de voir et écouter Manna Ito à cette adresse.

Le concert se poursuit, le public est conquis. Mais voici qu’un vent de panique semble souffler sur les chanteurs/euses, qui se concertent, tournent avec frénésie les pages du livre de partitions, semblent chercher… quoi? Dans l’orchestre, un des violoncelles est mort de rire… Que se passe-t-il? Je puis maintenant expliciter ce qui m’a posé question un moment : le chef d’orchestre a interversé des morceaux… si, si! Et il ne s’est pas arrêté là. Nous étions environ au trentième des 52 numéros, et les solistes commençaient à se repérer, quand ils/elles se sont regardé-e-s, visiblement très étonné-e-s… Certain-e-s étaient prêt-e-s à revenir en scène, quand le choeur a entonné l’Alleluyah, à leur surprise complète… Et ce fut le final. Ainsi, l’oeuvre a été écourtée, abrégée, alors qu’apparemment tout le monde n’en était pas informé! Ils ont fini par un éclat de rire à peine retenu!

Les solistes et le chef d’orchestre
Soprano remerciant orchestre et choeur

C’est donc relativement tôt, beaucoup plus que prévu, que s’est terminé ce concert mémorable…